Page:Flaubert - Théâtre éd. Conard.djvu/49

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


pour mon discours! Je ne vous tiens pas quitte! Est-iI gentil ! —— Je vous laisse ! Moi, je vais a mes petites affaires! Quelque chose d'enlevé, n°est—ce pas ? — du feu !

Il sort.


Scène XII.

MUREL, seul.

Imbécile ! Me voila bien avancé, maintenant ! (A Ia cantonade.) Mais, vieille béte, tu ne trouveras jamais queIqu’un pour la chérir comme moi ! De quelle façon me venger? ou plutôt si je lui faisais peur ? C’est un homme a sacrifier tout pour étre élu. Donc, iI faudrait lui découvrir un concurrent ! Mais lequel ? (Entre Gruchet.)


Scène XIII.

MUREL, GRUCHET.

GRUCHET.

Qu’est-ce qui vous prend ?

MUREL.

Un remords! J’ai commis une sottise, et vous aussi.

GRUCHET.

En quoi?

MUREL.

Vous étiez tout a I’heure avec ceux qui portent Rousselin A Ia candidature? Vous I’avez vu.