Page:Floupette - Les Déliquescences, 1885.djvu/19

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


pierres précieuses. Il y avait des ballades qui ressemblaient aux plus fines potiches de Chine, des cartels d’alexandrins, des rondeaux en pâte tendre de Sèvres, des quatrains en camaïeu, enfin tout un lot de mignons bibelots d’étagères, comme on en rencontre à l’hôtel Drouot, les jours de grandes ventes. J’admirais déjà de tout mon cœur, lorsqu’une nouvelle lettre de Floupette vint changer le cours de mes idées. D’abord il s’était dit Impassible, prétendant haïr la douleur, parce qu’elle dérange l’harmonie des lignes :


Est-elle en marbre ou non la Vénus de Milo ?


Et voilà que subitement les Humbles de François Coppée l’avaient empoigné. Il ne rêvait que misères à consoler, larmes à tarir. J’ai conservé de cette période un dizain qui donnera assez bien l’idée de sa manière d’alors :