Page:Floupette - Les Déliquescences, 1885.djvu/31

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.



« Gaga ! fit une de ces dames qui jusqu’alors avait gardé le plus profond silence, mais, mon pauvre ami tu l’es déjà ». Cette haute inconvenance me choqua. Peut-être, après tout, n’était-ce qu’une espièglerie. Chut, chut, murmura-t-on de toutes parts, et la délinquante, sans plus s’occuper de ce qui se passait autour d’elle, retomba dans la contemplation acharnée d’un Sherry-Gobler.

« Moi, je trouve Gaga très bien, dit Caraboul ; seulement, il y a dans naviguât un t qui me chiffonne.

« Pourquoi cela ? répliqua Floupette. En pareille occurrence, Bleucoton n’a pas hésité à l’employer. » Et il cita des exemples.

Bleucoton était une autorité indiscutable. Tout le monde s’inclina.

Floupette reprit :


Je voudrais que mon cœur fût
Aussi roide qu’un affût,
Aussi rempli qu’un vieux fût.