Page:Francois-Raymond Duval - Proclamation aux citoyens de la Belgique contre l'Autriche, 1793.djvu/1

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.
17 mars 1793

PROCLAMATION.


CITOYENS !


Si la Liberté regne dans la Belgique, c’est pour protéger l’ordre public, pour maintenir la sureté & la tranquillité individuelles, c’est pour leur prêter un égide impénétrable contre les malveillans. Dans une République naissante, aigrir les esprits, fomenter les agitations intestines, exagérer les craintes, semer les alarmes, c’est appeller l’Anarchie, & provoquer la vengeance des Loix ; cette vengeance sévere frappera les coupables, quels qu’ils soient.

Il est des opinions que le tems & la raison peuvent seules épurer : l’oubli de ces principes entraîne les suites les plus funestes ; alors les Citoyens se divisent, les haines fermentent, & les factieux conspirent impunément au milieu du trouble, qui sert de voile à leurs complots.


Mais l’enthousiasme de la Liberté ne périra pas dans les cœurs des Francais, soit qu’il faille la conquérir ou la défendre : DUMOURIEZ & sa brave Armée lui serviront de Bouclier contre les Despotes, jusqu’à ce que le Despotisme soit au tombeau ; ses Compagnons-d’Armes, dans l’intérieur, étoufferont tous les germes de l’Anarchie, & propageront chez un Peuple de Freres, l’amour de la Liberté & de l’Ḗgalite, qui sera pour eux le lien le plus fort, comme le plus doux.