Page:Furetière - Le Roman bourgeois.djvu/246

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


m’en dire le datte. Dites-vous cela (reprit Charroselles) pour me faire injure ? Ne sçavez-vous pas que je suis gentilhomme ? j’ay quatre-vingt mille livres de bien, un carosse entretenu, deux laquais, valet de chambre, et apres cela vous me faites ce tort de me croire fils d’un procureur. Quand il seroit ainsi (luy répondit Collantine), je ne vous ferois pas grand tort, car j’estime autant et plus un procureur qu’un gentilhomme. J’en sçais cent raisons, et sur tout une qui est decisive, pour faire voir l’avantage que l’un a sur l’autre : c’est qu’il n’y a point de gentilhomme, tant puissant soit-il, qui ait pû ruiner le plus chetif procureur ; et il n’y a point de si chetif procureur qui n’ait ruiné plusieurs riches gentilhommes. Et sans luy donner le loisir de l’interrompre, elle qui sçavoit admirablement son Palais, pour luy monstrer qu’elle ne parloit point en l’air, luy dit le nom et la demeure de celuy qui estoit subrogé à la pratique de son pere, luy nomma l’huissier qu’il employoit à faire ses significations, le commis du greffe qui mettoit ses arrests en peau86, la buvette où il alloit



ables de ce temps, en suite des jeux de l’inconnu, Paris, chez Nicolas de Sercy, 1644, et il a consigné sa découverte dans une note de la nouvelle édition qu’il donne des Historiettes, t. 1er, p. 151–152. Le plus curieux pour nous, c’est que le recueil où la Ruelle se trouve ainsi avoit été justement publié par Charles Sorel, prototype du Charroselles, en possession de qui Furetière, non sans intention, nous montre la curieuse pièce. Une réimpression à petit nombre de la Ruelle mal assortie se prépare à la libraire d’Aug. Aubry.

86. On disoit autrefois peau pour parchemin. « Tous les arrêts, lit-on dans le Dictionnaire de Furetière, s’expédient en peau. — Il y a une vingtaine de greffiers en peau. »