Page:Fuster - Sonnets, 1887-1888.djvu/1

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.





CHARLES FUSTER

~~~~~~~~

SONNETS

———

LE FEU


Lorsque forgeron forge le fer en feu
Et frappe à larges coups sur l’enclume meurtrie,
Le métal torturé râle, rugit et crie
Dans la rouge fumée où passe un éclair bleu.

Ce n’était qu’une barre informe, ou qu’un essieu ;
Mais, quand repose enfin l’enclume endolorie,
C’est une épée, ardente à venger la patrie
Ou prête à se lever au bras puissant d’un dieu.

Tel, au brasier brûlant que ton génie allume,
Va, tourmente ton cœur ainsi que cette enclume
Et torture ton œuvre ainsi que ce métal !

Pas de pitié ! Le fer aime qui le martèle !
Meurtris, brise ton cœur, ô forgeron brutal,
Et de ton cœur mourant naîtra l’œuvre immortelle !



Anthologie Contemporaine.
Vol. 38. Série IV (N° 2).