Page:Galois - Manuscrits, édition Tannery, 1908.djvu/11

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



jamais été davantage ; vous supposez
mal et vos regrets sont mal fondés.
La vraie amitié n’existe guère
qu’entre des personnes de même sexe
Surtout xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx des
amis. xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx Sans doute
le vide qu xxxxxxxxxxxxxxxxxxxx l’absence
de tout sentiment de ce genre....
(illis.) confiance... mais elle a été
très (illis.)[1] ..... x vous m’avez
vu triste xxxxxxxxxx z demandé
le motif ; je vous ai répondu que
j’avais des peines ; qu’on m’avait fait
éprouver. J’ai pensé que vous prendriez
celà comme toute personne devant
laquelle on laisse tomber une parole
pour (illis.)xxxxxxxx on n’est
pas
le calme de mes idées me laisse
la liberté de juger avec beaucoup
de réflexion les personnes que je vois
habituellement ; c’est ce qui fait que
j’ai rarement le regret de m’être
trompé ou laissé influencer à leur égard.
Je ne suis pas de votre avis pour
les (illis.) xxxxxxxxxxxx plus que
les (?) xxxxxxxxxxxxxxx exiger
ni se xxxxxxxxxxxxxxxx vous remercie
sincèrement de tous ceux ou vous
voudrez bien descendre en ma
faveur.

J’ai collationné le manuscrit avec le texte imprimé : il n’est guère utile de parler de quelques changements de notation, sans aucune importance, qui remontent à Liouville, de dire que Galois a écrit bulletin ferussac et non Bulletin de Férussac, ou encore de signaler, page 29 des Œuvres, ligne 24, la substitution du mot « équation » au mot « réduction » que le sens indique suffisamment et qu’on lit dans le manuscrit et dans le texte de Liouville. Le point le plus intéressant est que le théorème de Legendre

  1. Il y a une tache d’encre sur le mot ; on distingue nettement les deux dernières lettres ée.