Page:Gautier - En Chine, Les arts graphiques, 1911.djvu/30

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


sujet pris dans l’œuvre de Ming-Tsin (Minicius). Composition sur un thème choisi dans un livre de Confucius, intitulé La Grande Etude. Développenient d’un sujet pris dans l’invariable milieu, œuvre d’un petit fils de Confucius.

Dans la deuxième épreuve, on commente par écrit des thèmes choisis dans les cinq livres qui sont le Chi-Kin, livre des vers le Chou-Kin.histoire de l’antiquité le Che-Kin, livre mystérieux, philosophique, et symbolique où il est traité du Ciel et de la Terre, des oracles, des sorts le Ly-Ki, livre des rites, qui enseigne les règles de conduite, la politesse, l’étiquette ; puis une composition poétique s’inspirarit d’une pièce de vers d’un poète célèbre. Dans la troisième épreuve, on traite des sujets très divers l’examinateur pose des questions sur l’histoire ancienne et moderne, la politique indigène ou étrangère, les mathématiques, la géographie, etc.

Les examinateurs sont d’une sévérité implacable ; la plus minime erreur, l’équivalent d’une virgule oubliée ferait tout perdre à la composition la plus parfaite.

Il existe à ce propos une jolie légende un jeune candidat, très appliqué et d’un talent supérieur, lors d’un concours, omit dans le caractère X. (Pou), négation, de tracer le point. A cause de celà, tous ses efforts, tous ses travaux allaient être réduits à néant. Par bonheur, une fée s’émut en faveur du jeune lettré elle se changea en un petit insecte noir, et quand le fatal feuillet passa sous les yeux de l’examinateur, elle se mit à la place du point.