Page:Gautier - En Chine, Les arts graphiques, 1911.djvu/42

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


Sur les seize mots, qui composent ce quatrain, huit ne signifient rien il reste donc peu de chose pour exprimer la pensée de l’auteur, mais ce qui reste suffit au poète chinois. Voici le sens de ces vers On apporte les matériaux Yin-Yin.

Les charpentiers taillent Song-Song.

Les menuisiers clouent Pong-Pong.

On construit la palissade Ping-Ping."

Les Chinois ont l’habitude de dire L’arbre de la poésie prit racine au temps du Che-King, ses bourgeons parurent avec Le-Ling, et Sou-Vou qui vivaient sous l’empereur Vou-Ti (140 ans avant notre ère). Ses feuilles poussèrent en abondance sous le règne des Han et des Ouei, mais il était réservé à la dynastie des Tang de voir ses fleurs, et de goûter ses fruits.

C’est, en effet, sous les Tang que vécurent Li-Tai-Pé et Thou-Fou, les deux plus grands poètes qu’ait eu la Chine. Les Tang régnèrent de l’an 618 à l’an 9°9 de notre ère. Li-Tai-Pé naquit en 7°2 et Thou-Fou en 714. Il y a donc plus de onze cents ans que lés deux poètes jouissent en Chine d’une popularité incomparable que le temps n’a fait qu’accroître. Pans ses vers, Li-Tai-Pé a une forme originale et brève, un style coloré aux images rares et choisies, plein d’allusions, de sous-entendus et souvent d’ironie ce poète aimait le vin et s’enivrait fréquemment, mais il abrite souvent derrière le paravent de l’ivresse de graves manquements à l’étiquette dont les courtisans s’offensaient. Thou-Fou e~t considéré comme l’égal de Li-Tai-Pé,