Page:Gautier - Le Second Rang du Collier.djvu/40

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.

objets d’art. Sur le poêle est posée une fontaine en vieux Rouen, qui emplit toute la niche ; on y voit, sur un fond blanc, des tritons et des sirènes cambrant leurs torses.

Le monsieur blond va droit à un tableau qui représente des prunes.

— Mais c’est un Saint-Jean, cela ! s’écrie-t-il, et en voila un autre là-bas : des roses ! J’aime mieux les prunes !

Nous traversons le vestibule pour entrer dans le salon.

En face de la porte, il est prolongé en reflet par une haute glace placée au-dessus d’une console dorée, sur laquelle est posé le buste en bronze de Lucius Verus. Les meubles Louis XIV, couverts de leur lampas rouge, font bon effet, rangés le long des murs, qui disparaissent sous les tableaux grands et petits. Sur la cheminée, dont la glace sans tain laisse voir d’épaisses verdures, la pendule de Boule arrondit son cadran aux chiffres bleus entre deux beaux vases à long col, en porcelaine de Chine blanche, illustrée de guerriers ; mais leur monture dorée, ornée d’amours et de guirlandes, qui leur ajoute un bec et une anse, change complètement leur style.

Du côté de la rue, dans le coin sombre, près de la fenêtre, s’allonge un immense fauteuil en damas pourpre, qui fait penser à une baignoire. L’autre encoignure est emplie par un piano d’Érard,