Page:Gazier - Histoire générale du mouvement janséniste, depuis ses origines jusqu’à nos jours, tome 1.djvu/246

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE XIII

La Bulle Unigenitus. — Quesnel et Noailles. — Analyse de la Bulle. — Résistance des évêques et des magistrats ; mort de Louis XIV.



Le cardinal de Noailles croyait prouver en détruisant Port-Royal qu’il n’était nullement janséniste ; mais la haine des Jésuites s’était attachée à lui comme jadis à la famille Arnauld. Il fallait donc qu’il fût hérétique et fauteur d’hérésie, et les Réflexions morales du Père Quesnel, approuvées par lui furent le nouvel Augustinus dont La Chaise et après lui Tellier se servirent pour l’accabler. On a vu que la guerre commença en 1698 par la publication de l’insolent Problème ecclésiastique ; elle se continuera sans interruption jusqu’à la mort de Noailles en 1729 ; c’est une longue histoire qu’il faut étudier depuis son origine si l’on veut arriver à la bien comprendre. Félix Vialart, êvêque de Châlons de 1642 à 1680, était un modéré, un véritable saint, et il fut le principal médiateur de la paix de Clément IX. Animé d’un zèle ardent pour lé salut des âmes, il avait pris sous sa protection en 1671 un livre de pure édification intitulé Morale de l’Évangile, dont l’auteur était un prêtre de l’Oratoire nommé Pasquier Quesnel, âgé pour lors de trente-sept ans. La première édition de la Morale de l’Évangile, un tout petit volume, contenait déjà dix des propositions que le pape condamnera en 1713, deux fois plus que l’énorme Augustinus, ce qui ne l’empêcha pas d’obtenir, au témoignage de Bossuet, un suc-