Page:Gazier - Histoire générale du mouvement janséniste, depuis ses origines jusqu’à nos jours, tome 1.djvu/332

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE XVII

La Bulle Unigenitus et les ordres religieux au xviiie siècle. — Persécution générale, résistance et acceptation finale. — Résurrection de l’esprit de Port-Royal.



On a pu remarquer maintes fois, au cours des chapitres précédents, la différence essentielle qui existe entre l’affaire de Port-Royal et l’affaire de la Bulle Unigenitus. La première n’a jamais passionné les foules, et l’autre est devenue immédiatement populaire ; et ce qui est vrai pour la société civile ne l’est pas moins quand il s’agit du monde ecclésiastique. Le mouvement janséniste, si intense à Port-Royal de Paris jusqu’en 1668, n’a pas traversé la rue de la Bourbe, où se trouvait le jardin des Carmélites ; il n’a pas gagné les Visitandines, les Ursulines, les Feuillantines du faubourg Saint-Jacques. Les Chartreux, les Capucins, les Oratoriens, qui avaient des maisons dans le voisinage, se sont désintéressés de la question, et leur tranquillité n’a pas été troublée. Il n’en est pas de même au temps de la Bulle ; les ordres religieux sont tous en ébullition, et l’histoire de leurs tribulations mérite d’être étudiée dans un chapitre spécial : elle est très instructive, et quelquefois poignante, car nous y verrons des milliers de religieux, et surtout de religieuses, qui ont beaucoup plus souffert que les Messieurs et les religieuses de Port-Royal.