Page:Genoude - Les Pères de l'Eglise, vol. 1.djvu/100

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


gnard. Vespasien, qui marchait contre Jérusalem, s’arrêta, lorsqu’il apprit la mort de Néron, et fut à son tour proclamé empereur par l’armée romaine. Il vint attaquer Vitellius, qui avait porté le titre d’empereur huit mois. On s’égorgea dans Rome. Vitellius fut trouvé dans la loge d’un portier, les mains liées derrière le dos, dit Suétone, la corde au cou, les vêtements déchirés ; on lui jeta des ordures, on lui mit, dit Tacite, une épée sur la poitrine pour le contraindre à lever la tête ; enfin, on jeta son corps dans le Tibre, et sa tête fut mise au haut d’une pique. Vitellius fut traîné le long de la voie Sacrée ; on l’appella incendiaire et ivrogne. Voilà ce qu’était alors le pouvoir chez les païens !

Pendant ce temps, la religion de Jésus-Christ s’étendait partout, dissipant les ténèbres de l’erreur et détruisant la corruption païenne ; les nations accouraient en foule au pied de la croix, ainsi que le divin maître l’avait prédit par ces mots : « Quand je serai élevé sur la croix, j’attirerai tout le monde à moi ; » et la punition éclatante prédite contre les Juifs tombait enfin sur le peuple déicide. Comme cet événement appartient au premier siècle, et qu’annoncé par Jésus-Christ et par les apôtres saint Pierre et saint Paul il contribua puissamment à la propagation du Christianisme, il est nécessaire d’en présenter ici les traits principaux. Ville, temple, gouvernement, tout périt à la fois. La réprobation des Juifs et la vocation des gentils, prédites d’une manière aussi formelle que l’envoi du Messie, devaient dès lors agir puissamment sur les esprits et ne laisser aucun nuage sur la divinité du Christianisme ; Dieu intervenait visiblement pour accomplir toutes les paroles de son fils.

Les Juifs, après avoir crucifié Jésus-Christ, persécutèrent ses disciples avec un acharnement incroyable. Ce sont eux qui les dénoncèrent partout aux magistrats romains. Les Actes des Apôtres sont remplis du récit de leur conduite odieuse envers les Chrétiens.

On sait comment ils firent périr saint Jacques le mineur. Saint Jacques était évêque de Jérusalem, aimé de tous les fidèles