Page:Genoude - Les Pères de l'Eglise, vol. 1.djvu/102

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


sur la ville. Durant le siége, il courait autour des murailles, criant : « Malheur à la ville, au temple et au peuple ! » Enfin il ajouta : « Malheur à moi ! » Et il mourut à l’instant frappé d’une pierre lancée par une machine. Ainsi la vengeance de Dieu devint, pour ainsi dire, visible en cet homme qui rappelait à tous les esprits ces mots de Jésus-Christ : « Ne pleurez pas sur moi ; mais pleurez sur vous, filles de Jérusalem. »

Les Juifs s’étant révoltés contre les Romains, et ayant tué la garnison de Jérusalem, les massacres furent partout ordonnés contre les individus de cette malheureuse nation. À Ascalon, à Tyr, à Ptolémaïs, à Alexandrie, à Césarée, on les tua par milliers. Cestius Gallus, gouverneur de Syrie, vint enfin mettre le siége devant Jérusalem ; mais il fut battu par les Juifs, et quand cette nouvelle arriva à Damas, les habitants enfermèrent tous les Juifs de leur ville dans le gymnase, au nombre de dix mille, et les égorgèrent.

Les Chrétiens, se souvenant des prédictions de Jésus-Christ, sortirent alors de Jérusalem et se réfugièrent dans la petite ville de Pella. Vespasien et son fils Titus, qui avaient reçu de Néron l’ordre de marcher contre les Juifs, arrivèrent en Galilée avec soixante mille hommes de troupes. Vespasien assiégea Jotapal, défendu par l’historien Josèphe, et la prit malgré la résistance de celui-ci ; quarante mille Juifs furent tués. On ne peut se figurer les horribles divisions auxquelles était livrée Jérusalem. C’est dans Josèphe qu’il faut lire le récit de l’agonie de cette nation, car il n’y a pas d’autre nom pour cette lamentable histoire. Ceux qu’on appellait les zélateurs égorgèrent les plus considérables d’entre les Juifs ; ils voulurent nommer les pontifes par le sort, et revêtirent des habits sacrés Pharias, homme grossier et ignorant. Poursuivis, pressés dans le temple, ils appelèrent à leur secours les Iduméens, au nombre de vingt mille, et les introduisirent dans la ville. Ils massacrèrent tout ce qu’il y avait de plus considérable dans Jérusalem, et en particulier Ananus, qui avait donné un soufflet à saint Paul. Les zélateurs se divisèrent à leur tour et se tuèrent les uns les autres, et le temple fut rempli de sang et de cadavres.