Page:Genoude - Les Pères de l'Eglise, vol. 1.djvu/103

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Pour réduire ce peuple, Titus fut obligé de faire construire une muraille autour de la ville. Les maisons de Jérusalem étaient pleines de femmes et d’enfants morts ; plusieurs mouraient en ensevelissant les autres. Une femme mangea son enfant. Au commencement, les Juifs firent enterrer les morts aux dépens du trésor public ; ensuite, n’y pouvant suffire, ils les jetaient du haut des murailles dans les fossés. Titus, à la vue de tant d’horreurs, prit Dieu à témoin que ce n’était pas là son ouvrage.

Ainsi s’accomplissait la prédiction de Jésus-Christ : qu’un jour viendrait où l’on estimerait heureuses les femmes stériles et les mamelles qui n’avaient point allaité.

Titus, ayant poussé les travaux jusqu’à la seconde enceinte du temple, voulut le conserver ; mais ce fut en vain, un soldat romain jeta un tison dans une des fenêtres du côté du septentrion, et, malgré tout ce que fit Titus pour l’empêcher, le feu pénétra dans l’intérieur du temple et le consuma entièrement, selon la prophétie de Jésus-Christ, qu’il n’en resterait pas pierre sur pierre. Les Romains plantèrent leurs enseignes devant la porte orientale et y sacrifièrent à leurs idoles ; l’abomination de la désolation fut dans le temple. Onze cent mille Juifs moururent pendant ce siége et quatre-vingt-dix-sept mille furent vendus.

« Toutes les cruautés, dit Josèphe, qu’on peut exercer en crucifiant des criminels, et tous les outrages qui peuvent accompagner cet affreux supplice, furent mis en usage par les soldats, à qui la colère et la haine inspiraient encore le désir d’insulter à ces misérables. »

Josèphe, resté Juif, malgré l’éclatant hommage qu’il rend à Jésus-Christ, ajoute que Dieu, qui avait condamné ce malheureux peuple à périr, avait converti tout ce qui aurait dû le sauver en de nouveaux périls et de nouveaux supplices pour lui.

Titus acheva de faire abattre les restes du temple et de la ville, et y fit passer la charrue. Trois tours seulement furent réservées à l’occident, pour que leur beauté fit comprendre quelle avait été la splendeur de Jérusalem ; et quand Titus