Page:Genoude - Les Pères de l'Eglise, vol. 1.djvu/123

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CONCILES ET PAPES PENDANT LE PREMIER SIÈCLE.


Les conciles, dont la célébration était aussi fréquente autrefois qu’elle est rare aujourd’hui, forment pour la plupart des époques remarquables dans l’histoire ecclésiastique. Il importe de bien fixer le temps où ils se sont tenus.

L’an de Jésus-Christ 51 ou environ. — Concile de Jérusalem, qui exempte de la circoncision, et des cérémonies prescrites aux Juifs par la loi de Moïse, les gentils qui embrassaient l’Évangile, en ne leur ordonnant que de s’abstenir de l’idolâtrie, de la fornication et du sang.

On voit dans ce concile, tel qu’il est rapporté au chapitre des Actes, le modèle des conciles généraux. Les fidèles se trouvant divisés de sentiment sur un point important, on envoie consulter l’Église de Jérusalem, où la prédication de l’Évangile avait commencé et où saint Pierre reparaissait alors. Les apôtres et les prêtres s’assemblent. On délibère à loisir, chacun dit librement ce qu’il pense : saint Pierre préside l’assemblée ; il en fait l’ouverture, il propose la question et dit le premier son avis. Mais il n’est pas seul juge : saint Jacques juge aussi, et il le dit expressément. La décision est fondée sur les saintes Écritures et formée par le commun consentement. On la rédige par écrit, non comme un jugement humain, mais comme un oracle, et l’on dit avec confiance : Il a semblé bon au Saint-Esprit et à nous. On envoie cette décision aux Églises particulières, non pour être examinée, mais pour être reçue et exécutée avec une entière soumission.


SAINT PIERRE.


Saint Pierre a donc établi son siége à Rome. Jésus-Christ, dans l’élection de ses apôtres, lui donna le premier rang et la prééminence. L’Écriture et la tradition le mettent toujours à la tête des douze apôtres. Jamais, dans l’antiquité, on n’a douté ni que l’Église de Rome eût été fondée par saint Pierre, ni que les papes fussent ses successeurs. Les Pères ont défié les hérétiques anciens de le nier. Negare non potes, dit un d’eux en parlant à Parménien, scire te in ûrbe Româ Petri prima cathedram esse collatam, in quâ sederet omnium apostolorum caput Petrus.