Page:Genoude - Les Pères de l'Eglise, vol. 1.djvu/29

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


DISCOURS PRÉLIMINAIRE.


Un grand changement se prépare dans le monde ; nous sommes témoins de deux phénomènes que n’ont point vus les siècles passés et qui sont d’autant plus dignes d’attention, qu’ils portent en eux le germe et le principe de modifications toutes nouvelles et d’un avenir tout nouveau pour nos sociétés civilisées. Le premier de ces phénomènes, c’est que l’esprit humain est arrivé à une universalité et à un degré de développement inconnus aux âges antérieurs ; le second, c’est qu’en se développant il s’est tellement écarté de la vérité, qu’il a parcouru le cercle de toutes les erreurs imaginables, et que de progrès en progrès il est arrivé aux dernières limites du faux, au-delà desquelles il n’a plus rien à inventer. En un mot, il semble impossible désormais qu’il grandisse plus qu’il n’a grandi et qu’il se trompe plus qu’il ne s’est trompé en tout ce qui concerne la religion, la morale et la société. Développement prodigieux des intelligences, et leur égarement égal à leur développement : ne séparons point ces deux choses qui tiennent si étroitement l’une à l’autre, mais considérons-les ensemble pour en tirer l’instruction qu’elles renferment.

Il est manifeste que les esprits sont plus avancés aujourd’hui