Page:Genoude - Les Pères de l'Eglise, vol. 1.djvu/7

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


À MONSEIGNEUR


L’ARCHEVÊQUE DE PARIS.

Monseigneur,


Sous quels auspices plus favorables pourrais-je placer cet ouvrage que sous ceux de l’illustre et digne Prélat dont les travaux honorent à la fois la religion, l’Église, le sacerdoce et la patrie !

Dans ces temps de troubles, de discordes et d’affliction, il vous a été donné de montrer au monde ce que peut cette courageuse résignation qui accepte les tribulations comme une grâce, et les plus dures épreuves comme une loi de la Providence.

Souffrir et compâtir, tel a été le grand exemple de foi et de