Page:Genoude - Les Pères de l'Eglise, vol. 1.djvu/99

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Pierre fut à la lettre le fondement sur lequel l’Église fut bâtie ; car toutes les Églises se formèrent sur le plan des Églises de Jérusalem, d’Antioche et de Rome, établies par lui. L’Orient et l’Occident reçurent ainsi l’impulsion de celui que Jésus-Christ avait nommé le prince des apôtres. Ce qui se faisait à Rome, à Antioche et à Jérusalem, se fit partout.

L’évêque ou le plus ancien des prêtres présidait l’assemblée. On faisait la prière en commun, ensuite on lisait tout haut un passage de la Bible, après quoi l’évêque adressait aux fidèles une exhortation, puis venait la fraction du pain ou l’Eucharistie, qui se terminait par un repas frugal, imitation de la Cène. Tout finissait par la prière. Les diacres portaient l’Eucharistie aux absents et aux malades.

Les exercices se prolongeaient quelquefois fort avant dans la nuit ; on s’assemblait dans les maisons particulières. C’est encore là, comme on peut le voir, ce que l’Église pratique aujourd’hui après deux cent cinquante-huit papes, qui se sont succédé d’une manière merveilleuse au milieu des changements des temps et de la ruine des empires.

La prière commune, le chant des psaumes, la lecture des prophéties, de l’Évangile et des écrits des Pères, l’instruction ou homélie, l’oblation et la consécration de l’hostie, la communion du célébrant, du clergé et du peuple, voilà les pratiques de la primitive Église : ce sont encore celles de l’Église.

Après Néron, l’empire fut violemment troublé ; la dignité impériale, depuis Tibère, y était transmise par le droit de succession, et en vertu de la volonté du sénat et du peuple romain : l’élection passa bientôt aux légions, et plus tard, aux barbares.

Galba, qui commandait en Espagne et qui avait été proclamé par des soldats, fut tué par eux après avoir été empereur pendant sept mois. Il fut massacré sur la place publique. « Frappez, dit-il aux séditieux, si cela est utile au peuple romain. » Othon, élu par l’armée, se vit disputer le pouvoir par Vitellius et se tua trois mois après avoir été proclamé empereur. Vaincu, il se coucha, dormit et se frappa à son réveil d’un coup de poi-