Page:Gevrey - Essai sur les Comores, 1870.djvu/50

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée



NOTES

(1). La mer Erythrée ou Erythréenne, Eruqpaia Oalassh, mer du roi Erythras des Grecs, Yam Edom des Hébreux, litt. La mer du Roux, surnom d’Esaü (Genèse, chap. xxv, v. 30), mare Rubrum des Latins, comprenait la mer des Indes et ses deux golfes : le golfe arabique, Yam Suph, mer des Roseaux des Hébreux, la mer Rouge actuelle, et le golfe Persique.

(2). Diodore de Sicile, liv. Ier, ch. XVIII et XIX ; liv, II. Ch. XIV.

(3). Strabon, liv. Ier et XIV ; Diodore de Sicile, liv. I, ch. LV ; Pline, liv. VII, ch. XXIX.

(4). Muller, Archéologie, Arts plastiques et peinture des Egyptiens.

(5). Hérodote, liv. II, ch. CII.

(6). Isaïe, ch. XLIII, v, 14.

(7). Ott. L’Asie occidentale et l’Égypte.

(8). On les appelait aussi Erythréens ; d’ailleurs, les noms de Phéniciens, Erythréens, Iduméens, qui tous signifient rouges, indiquent une descendance commune d’Esaïï. V. Hérodote, liv. I, ch. Ier ; Strabon, liv. Ier, ch. XI ; Denys le Periégète ; Lycophron ; Cassandre ; Rollin, Histoire ancienne ; M. Larcher, Notes sur Hérodote ; M. Huot, Notes sur Poponius Mela, etc.

(9). Dr Prideaux, Histoire des juifs.

(10). Eupolème dans Euseb. 2vang. Liv. IX.

(11). Paralipomenon, liv. Ier, ch. XXIX, v. 4.

(12). Rois. Liv. III, ch. IX, v. 26, 27 et 28. Targum Jonathan :
« Et navem fecit Selomoh in Ghezion Gaber super litus maris Zuph in terra Edom. Et misit Hhiram in navi servos suos, viros nautas et peritos regendi in mari, cum servis Selomoh. Et venerum in ophir, et acceperunt inde aurum, quadringenta et viginti talenta ; et adduxerunt ad regem Selomoh ». – Vers. Arabe : « Absolvit ergo Salomon œdificium domûs ; tum struxit navim in sylva val, quœ est prope Iloth, secus littus maris suph, quœ est on terra Edom. Tum misit Hhiramus rex servos suos in illa navi,