Page:Giraud - Pierrot Narcisse, 1887.djvu/11

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.





SCÈNE PREMIÈRE


À Bergame. Une nuit de carnaval. L’intérieur d’un grand café, fleuri de glaces et de dorures. Groupes de masques çà et là. Musiques lointaines et contradictoires.

PREMIER ABBÉ

Hé ! Garçon ! du café !

DEUXIÈME ABBÉ

Hé ! Garçon ! du café ! De la Chartreuse !

TROISIÈME ABBÉ

Hé ! Garçon ! du café ! De la Chartreuse ! À boire !
Pierrot, monte à l’autel, et voici mon ciboire,
Et chante Alleluia, Pierrot, et bénis nous :
Chante ! Les desservants vont plier les genoux.

DEUXIÈME ABBÉ

Eh bien ! Qu’attends-tu ?

PREMIER ABBÉ

Eh bien ! Qu’attends-tu ? Chante : accomplis ta promesse !
Oh ! fi du prêtre blanc qui ne sait plus sa messe.

TROISIÈME ABBÉ

L’église est belle, vois ! L’encens rêve dans l’air,
Le cher encens du kirsch, du kummel, du bitter.
Je surprends la saveur des prières latines
Dans le cantique en fleur que les bénédictines
Murmurent doucement dans les flacons pieux.

PREMIER ABBÉ

   Chante ! Ou bien nous croirons que Pierrot devient vieux !