Page:Glatigny - Vers les saules, 1870.djvu/12

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


A Madame Ugalde. Vous vous rappelez quelle fut ma joie lorsque j’appris votre nom ! Ce nom glorieux , je l’écris aujourd’hui, pour qu’il me porte bonheur, en tête du petit livre , — qui me rappellera la soirée heu- reuse entre toutes où cet honneur m’a été donné de serrer votre main pour la première fois. Acceptez ces quelques rimes frivoles, je vous en prie, et croyez-moi, chère et grande artiste, Votre admirateur fervent, Albert Glatigny. n^r