Page:Glatigny - Vers les saules, 1870.djvu/15

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


VERS LES SAULES Le théâtre représente un paysage dans les environs de Paris. Au fond, entre les branches des grands arbres et à travers les buissons de ro- siers, on entrevoit une rivière. A droite, un cabaret de village, riant à l’oeil. A gauche, un banc de gizon sous une tonnelle de plantes grimpantes. SCENE PREMIERE. Henri, entrant. Ramasse qui voudra mon cœur. Je n’en veux plus! Je le prends. Blondi ne, paraissant. Henri la regarde, surpris Elle continue Vous avei des trésors superjius?