Page:Glatigny - Vers les saules, 1870.djvu/23

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


Scène ii. ii Marcel. Tel mon cœur à vos yeux s’accroche^ belle enfant. Henriette. Est-il bête! Le poids de l’air est étouffant Et vous me récitei de ces fadeurs énormes! Marcel. Je vous aime! Henriette. Allei donc m’ attendre sous les ormes! Marcel. Ecoutej-moi... Henriette. Voyons, taisej-vous, à la fin. Ou plutôt commandei le dîner, f ai très-faim. Marcel veut répondre , mais, sur un geste impérieux d’Henriette, il sort en disant : Oh! l’adorable fille! Heniiette s’est assise au pied d’un arbre. Entrent par le fond Pontohartrain et Éiéonore.