Page:Gouges - L esclavage des noirs (1792).djvu/30

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

VALÈRE.

Je m’intéreſſe à leur ſort, ils m’ont rappellé à la vie, ils ont ſauvé la tienne : je les défendrai aux dépens de mes jours, j’irai moi-même voir ſon Gouverneur : S’il eſt François, il doit être humain & généreux.


ZAMOR.

Oui, Monſieur, il eſt François, & le meilleur des hommes,


MIRZA.

Ah ! ſi tous les Colons lui reſſembloient, nous ſerions moins malheureux.


ZAMOR.

Je fus à lui dès l’âge de huit ans, il ſe plaiſoit à me faire inſtruire, & m’aimoit comme ſi j’euſſe été ſon fils ; car il n’en a jamais eu, ou peut-être en eſt-il privé ; il ſemble regretter quelque choſe. On l’entend quelquefois ſoupirer ; ſûrement il s’efforce de cacher quelque grand chagrin. Je l’ai ſurpris ſouvent verſant des larmes ; il adore ſa femme, & elle le paie bien de retour. S’il ne dépendoit que de lui, j'aurai ma grace ; mais il faut un exemple. Il n’y a point de pardon à eſpérer pour un eſclave qui a levé la main ſur ſon Commandeur.