Page:Gouges - L esclavage des noirs (1792).djvu/35

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

L’INDIEN.

J’y conſens avec plaiſir, d’autant plus que le danger pour ſortir de cette Iſle n’eſt pas le même que pour y arriver.


VALÈRE.

Mais, Monſieur, comment avez-vous pu y aborder ?


L’INDIEN.

J’ai tout riſqué pour le bien de la Colonie. Voyez s’il eſt poſſible de leur faire grace. Nous ne ſommes plus les Maîtres de nos Eſclaves. Les jours de notre Gouverneur ſont peut-être en danger, & ces deux miſérables ne ſeront pas plutôt punis, que le calme renaîtra dans les habitations. (Aux Nègres,) Nègres, qu'on tire le canon, & que le ſignal convenu annonce au Fort que les criminels ſont pris.


ZAMOR.

Allons, Mirza, allons mourir.


MIRZA.

Ah ! Dieu ! je ſuis cauſe de ta mort.