Page:Gouges - L esclavage des noirs (1792).djvu/43

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

AZOR.

C’eſt bien vrai, mon père & moi avons été achetés à la Côte de Guinée.


CORALINE.

Bon, bon, mon pauvre Azor, va, quelque ſoit notre déplorable ſort, j’ai un preſſentiment que nous ne ſerons pas toujours dans les fers, & peut-être avant peu……


AZOR.

Eh bien ! qu’eſt ce que nous verrons ? Serons nous maîtres à notre tour ?


CORALINE.

Peut-être ; mais non, nous ſerions trop méchans. Tiens, pour être bon, il ne faut être ni maître ni eſclave.


AZOR.

Ni maître, ni eſclave ; oh ! oh! & que veux-tu donc que nous ſoyons ? Sais-tu, Coraline, que tu ne ſais plus ce que tu dis, quoique nos camarades aſſurent que tu en ſais plus que nous ?


CORALINE.

Va, va, mon pauvre garçon, ſi tu favois ce que je ſais ! J’ai lu dans un certain Livre, que pour être heureux il ne falloit qu’être