Page:Gouges - L esclavage des noirs (1792).djvu/54

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

laiſſé dans ſes mœurs ſauvages, il n’auroit peut-être pas commis ce crime. Il n’avoit point dans l’âme des inclinations vicieuſes. L’honnêteté & la vertu le diſtinguoient dans le ſein de l’eſclavage. Élevé dans une vie ſimple & laborieuſe, malgré l’inſtruction qu’il avoit reçue, il n’oublioit jamais ſon origine. Qu’il me ſeroit doux de pouvoir le juſtifier ! Comme ſimple habitant, j’aurois pu peut-être adoucir ſon arrêt ; mais, comme Gouverneur, je ſuis forcé de le livrer à toute la rigueur des loix.


LE JUGE.

Il eſt néceſſaire qu’on exécute ſur-le-champ leur arrêt, d’autant plus que deux Européens ont excité une révolte générale parmi les Eſclaves. Ils ont dépeint votre Commandeur comme un monſtre. Les Eſclaves ont écouté avec avidité ces diſcours ſéditieux, & tous ont promis de ne point exécuter les ordres qui leur ont été donnés.


M. DE SAINT-FRÉMONT.

Quels ſont ces étrangers ?


LE JUGE.

Ce ſont des François qu’on a trouvés ſur la côte où ces criminels s’étoient réfugiés. Ils prétendent que Zamor leur a conſervé la vie.