Page:Gourmont - Pendant l’orage.djvu/17

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’absence de responsabilité, dans des circonstances difficiles, est un grand soulagement. L’obéissance est le dernier bonheur de ceux qui ont remis leur volonté entre les mains de leurs chefs. Comme cela simplifie la vie, comme cela la rend facile ! Agir et n’avoir pas le poids de ses actes, mettre toute son intelligence dans l’accomplissement d’un ordre dont on n’a à discuter ni les termes, ni l’esprit ! À mesure que l’on monte dans la hiérarchie militaire ou la hiérarchie sociale, on se trouve plus ou moins astreint à l’initiative. Alors, adieu la paix. Je ne serais pas étonné que ce jeune soldat dise plus tard, en songeant à ces rudes moments « Ce fut le temps le plus heureux de ma vie ! »