Page:Gourmont - Pendant l’orage.djvu/20

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


A L’ACADÉMIE

28 octobre 1914.

On a prêté à l’Académie le projet d’accueillir par acclamations M. Maeterlinck. L’acclamation est peu académique et on regrettera qu’il ait fallu les tragiques circonstances actuelles pour que l’Académie reconnaisse qu’un écrivain belge, après tant de beaux livres, soit digne de prendre place à côté de plusieurs écrivains français qui font moins d’honneur à la France que M. Maeterlinck n’en fait à la Belgique. Puis il y a la question de la naturalisation. Il est dur, en ce moment-ci, pour un Belge, de cesser d’être Belge, même pour devenir Français. Je voudrais autre chose. Je voudrais que M. Maeterlinck posât sa candidature, fît les visites d’usage, fut soumis à un scrutin et que personne n’eût l’air de s’apercevoir qu’il y a là je ne sais quelle entorse aux règlements. Il deviendrait Français puisqu’il serait membre de l’Académie française et il resterait Belge, car c’est un honneur qu’on ne saurait songer à lui enlever. Et M. Emile Verhaeren entrerait par la même porte