Page:Gourmont - Pendant l’orage.djvu/31

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


vitaux a toujours retenti jusqu’aux extrémités de l’organisme. Seulement autrefois, on n’y faisait pas attention. On n’était pas habitué à la paix. C’est elle qui semblait anormale, qui semblait une surprise ménagée aux hommes par les Dieux. La plupart des grandes civilisations de l’antiquité se sont développées parmi de furieux états de guerre. Que l’on pense aux petites et glorieuses républiques grecques. Elles ne connurent la paix que pour connaître la décadence. Les batailles et les sièges furent constants en Italie jusqu’au xvie siècle. Dans la tragédie humaine, la paix ne fut peut-être jamais qu’un entr’acte.