Page:Gourmont - Pendant l’orage.djvu/35

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de même, il s’y révèle une grande naïveté. Ces soldats, arrachés soudain aux professions les plus diverses, semblent tout d’abord continuer la campagne d’il y a quarante-quatre ans. Leur formation intellectuelle n’a pas eu d’autre fondement que cette histoire trop réelle, mais amplifiée jusqu’à la légende. Aussi sont-ils très à l’aise avec eux-mêmes tant qu’elle semble recommencer. Quand elle bifurque, c’est le désarroi ou le silence. L’esprit allemand est d’une lenteur extraordinaire. Ils mirent très longtemps, en 1870, à croire à leur victoire. En 1914. leur résistance à la mauvaise fortune sera tenace. N’ayons de ce côté aucune illusion. Il faudra les piler pour qu’ils se jugent vaincus.