Page:Gourmont - Pendant l’orage.djvu/51

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


$0- France, n’aurait-il pas pu tout au moins montrer quelque sympathie pour la malheureuse Belgique ? Belle mission, en vérité, que celle de ravager et de détruire un petit pays innocent qui ne fit que son devoir, qui était d’essayer de défendre, même par les armes, sa neutralité consacrée par les traités ! Certes, la conduite des Allemands dans le nord de la France a été également sauvage, mais c’est un grand pays qui peut et qui sait se défendre efficacement. La Belgique ne le pouvait pas. L’agression contre ce pays a été odieuse ; elle demeurera impardonnable. Travestir cela en mission, quelle mentalité ! Et c’est de Genève que cela nous vient, d’une ville neutre de civilisation française ! Méprisons ce professeur, comme le méprisent ses élèves.