Page:Gourmont - Pendant l’orage.djvu/53

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


se sont rendus, la ville est prise, le roi fait porter des rafraîchissements dans la tente des officiers et des soldats. Les dames vont visiter ces braves et assister à leur collation. Mais ce n’est pas tout. Mme de Maintenon veut traiter elle-même les officiers. Elle les invite et leur fait donner rendez-vous à une abbaye voisine. Les religieuses sont cloîtrées. La règle, pour cette fois, sera lettre morte. « Les officiers, les seigneurs s’installèrent au réfectoire, et par un traitement inouï de politesse, les dames servirent elles-mêmes à toutes les tables. » N’allons pas plus loin. Restons-en sur le raffinement inouï de politesse et comparons les deux époques.