Page:Graffin - Nau - Patrologia orientalis, tome 2, fascicule 2, n°7 - Les Apocryphes Coptes.djvu/25

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


[TEXTE COPTE]


volonté soit faite sur moi et que ce tombeau me reçoive jusqu’au jour de ta résurrection. »

Jésus sut que Thomas s’affligeait. Il lui dit, avec une voix joyeuse et une parole de vie : « Thomas, ne t’afflige pas. Ce que je fais, tu ne le sais pas. Est-ce que c’est une peine de prendre une pierre de là pour un ami qui est enfermé dans le tombeau afin qu’il ressuscite et sorte ? Ne t’afflige pas, ô Thomas. Je te l’ai dit, ôte la pierre de là, afin qu’un témoignage de résurrection apparaisse dans un tombeau de mort. Ne t’afflige pas, ô Thomas. Je te l’ai dit : ôte la pierre de là, pour ressusciter le mort. Ouvre la porte du tombeau et je ferai sortir celui qui est mort. Ôte la pierre de là, pour que je donne la vie à celui qui dort dans ce tombeau. Enlève la pierre, Thomas, afin que celui qui est mort trouve le chemin de sortir du tombeau. Si je t’oblige, Thomas, à ôter la pierre, ce n’est pas parce que je n’ai pas le pouvoir de faire sortir Lazare, alors que la pierre ferme (le tombeau). Oui, j’ai pouvoir pour toute chose. Mais si tu enlèves la pierre, ô Thomas, le tombeau sera manifeste en sorte que tous les hommes le verront et verront le mort comme il dort. Et est-ce que quand tu enlèves la pierre, ô Thomas, c’est pour que la mauvaise odeur sorte