Page:Graffin - Nau - Patrologia orientalis, tome 2, fascicule 2, n°7 - Les Apocryphes Coptes.djvu/34

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


[TEXTE COPTE]


délier à un homme miséricordieux et prêt à délier. Paradis, réjouis-toi aujourd’hui et répands tes parfums, car je revêtirai Pierre d’une étole sans tache à jamais ! Amenti (enfer), tu prends deuil aujourd’hui ainsi que tes puissances ; car j’ai promis à Pierre un testament éternel, parce que je bâtirai (sur lui) mon Église et les portes de l’enfer ne pourront rien contre elle. »

Ces choses, Jésus les dit, tandis que Pierre était sur la montagne. Il dit : « Simon Pierre, dis-moi : Qui suis-je ? »

Et à cet instant Pierre regarda au ciel. Il vit les sept cieux ouverts. Il vit la gloire du Père et les armées célestes qui descendaient sur la terre à cause de son ordination. Et il vit la droite du Père bon venant sur sa tête d’une seule venue (ou d’une seule ressemblance ?) avec le Fils, tous les deux le revêtant du Saint-Esprit, et lorsque, seul, il l’eut contemplé, à cet instant, il poussa un cri, se précipita à terre en disant : « Tu es le Christ, le fils du Dieu vivant. »

Jésus lui dit : « Tu es heureux, Simon Bariona, car la chair et le sang ne t’ont pas révélé ces choses. Maintenant donc, écarte-toi pour que je donne la puissance de ma langue à ta langue pour lier et délier. »

Alors il plaça sa main sur sa tête : et toutes les armées célestes dirent le