Page:Graffin - Nau - Patrologia orientalis, tome 2, fascicule 2, n°7 - Les Apocryphes Coptes.djvu/38

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


[TEXTE COPTE]


Ces choses et d’autres encore, Jésus les disait à ses disciples, caché sur la montagne parce qu’on le cherchait pour le faire roi. Et les autorités de Tibère, avec Pilate aussi — firent acte de puissance une seconde fois au sujet de Jésus pour le faire roi. Pilate les approuva beaucoup en disant : « Vraiment, d’après les miracles et les prodiges que fait cet homme, il mérite d’être fait roi sur toute la Judée et les contrées qui en dépendent ; d’après les choses que j’ai entendues de cet homme, il est bon et digne d’être fait roi. » Voilà ce que disait Pilate devant les autorités de Tibère l’empereur.

Hérode ne put supporter cela sans mépriser Pilate. Il dit : « Tu es un Pontus Galiléen, étranger, égyptien. Tu ne connais rien à la loi. Tu n’es d’ailleurs pas resté assez longtemps praeses en cette ville pour connaître les œuvres de cet homme. » Hérode lui dit : « Quiconque va contre les ordres du roi irrite le roi. Non ! Il ne me convient pas, à moi, que Jésus soit roi sur la Judée. »

Et alors il y eut une inimitié entre Hérode et Pilate au sujet de Jésus depuis ce moment.

Cette parole se répandit et devint célèbre dans toute la Judée : « Jésus, roi des Juifs. » Et (c’est pourquoi) Pilate écrivit le rapport sur Jésus et fit sur la croix cette inscription : « Celui-ci est Jésus, le roi des Juifs. »