Page:Graffin - Nau - Patrologia orientalis, tome 2, fascicule 2, n°7 - Les Apocryphes Coptes.djvu/58

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


[TEXTE COPTE]


En cet instant il se leva avec les grands des Juifs et le sanhédrin et les grands prêtres. Ils trouvèrent les linceuls placés à terre sans personne là.

Pilate dit : « Ô hommes ! qui détestez votre propre vie, si on avait pris le corps, (on aurait pris) les bandelettes aussi. »

Eux, ils lui dirent : « Tu ne vois pas que ce ne sont pas les siennes, mais d’autres étrangères ? »

Pilate se souvint de la parole de Jésus : « Il faut que de grands miracles aient lieu dans mon tombeau. » Pilate se hâta donc d’entrer dans le tombeau. Il prit les linceuls de Jésus. Il les serra contre son sein. Il pleura sur eux. Il les baisa de joie comme si Jésus en était entouré.

Il fixa son attention sur le centurion qui se tenait debout à la porte du tombeau et vit qu’il n’avait qu’un seul œil (car on avait crevé l’autre œil dans le combat) et qu’il le cachait de sa main, tout le temps, pour ne pas voir la lumière.

Pilate …

« (Vous croyez donc que Dieu ne saura pas vous) chercher querelle pour la vie du Seigneur ? Mais elle est venue sur vous, la flamme de sa colère. »