Page:Grisier - Les Armes et le duel, 1847.djvu/15

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


l'hommage de mon livre ; commencé dans ses étals, j’ose aujourd’hui prendre la respectueuse liberté de le lui adresser.

Mon cœur reconnaissant conservera toujours un souvenir précieux de la noble et généreuse hospitalité que j’ai reçue dans l’Empire Russe. Encouragé par les bontés dont Votre Majesté Impériale et les Augustes Princes de sa maison ont daigné m’honorer, j’ai ambitionné de placer sous la haute protection de Votre Majesté Impériale le résumé des leçons que j’ai été si heureux et si fier de donner pendant dix ans aux nobles Seigneurs qui entourent le trône impérial. Mes vœux ont été exaucés par Votre Majesté. Puisse Votre Majesté Impériale , en agréant l’expression de ma profonde reconnaissance, dai-