Page:Gustave Flaubert - Œuvres de jeunesse, III.djvu/341

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


APOTHÉOSE.

LE PARADIS DE MAHOMET.

Mahomet, assis sur les nuages, fumant une pipe qui descend jusque sur la scène, et dans laquelle brule le globe terrestre.

De droite et de gauche, entourées de nuages, sous des tonnelles de capucines et de chèvrefeuille, des femmes en maillots rouges (costumes de danseuses de corde, beaucoup de ballon, archipommadées), avec des hommes en Hercules du Nord, sont assises à de petites tables rondes peintes en bleu, et boivent de la bière de Strasbourg. — D’un arbre à l’autre, guirlandes de saucissons, de poulets et de gigots. — Feux de Bengale.

Pierrot, dans son vrai costume de Pierrot, monte vers Mahomet qui lui tend les deux bras. — Redoublement de feux de Bengale. — La Marseillaise. — Tableau.