Page:Gustave Flaubert - Œuvres de jeunesse, III.djvu/363

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


s’5git clc son enfant, le coeur d’un pere est toujours faible. L5 senslbrlrté d,3lIIC�I’S s’5IIie toujours 5 I5 br5voure : Ie Iron est gnéreux. —- C’est m5inten5nt qu’on opere Herm5nce; 6 mon neu! lc cuzur de Gonnor est 5grté. vi lsméne d’al>ord, VU · Agénor ensuite viennent Iui rendre compte_de ce qui se p5sse 2 on découvrc Ie bras, on Ie sarsnt, on 5 rms Ie vaccm sur 5 I5ncette, etc. - Cruelle perplexlté de Gonnor. VIII Enlin I5 porte s’ouvre. -— l·lerm5nce,_p5Ie m5is belle, s’éI5nce 5u cou de son pere. - Tendre effusion, elle est s5uvéel — Jenner jouit de ce tableau. — Fureur sombre ct concentrée d’A énor : I5 vo1I5 donc réservée du Hé5u face 5 ce v5ccin. g . ,. g ,· . - * gr . Jenner, seul, 5 I ecart : hl s rl etzut un v5cc1n contre I5mour!

ACTE V.

I

Isménc, Agénor. — Aqénor est venu cI5ndest£nement trouver Isméne plour técher cle ’enI5cer de ses intrfues. — Jenner réussrt, erm5nce est s5uvée, Connor gmérl; onc tout v5 m5I pour Agénor, EIl`r1cI 5 mémc un commencemcnt_cle petite vérole, 1I est temps encore d’5rr5cher lsméne 5u pam de Jenner. - Qgénor sonde celle-ci à ce sufet _: il veut I’5mener 5 Iul, c`est.§. dnre 5 tromper I·lerm5nce, 5 5 Ixvrer 5 ses prqpres m5ms; 5Iors {Xgénor en a.l>user5. S’1I ne pfut Emir de I5 m tresse, 5u moins 1I 5um la conficlente pour que e il se sent exc1té... Allonsl cuenllons cette Heur. .. déI55our elle ma main s’5llume. . . soyons 1m udx uc et, Mercure et énus 51d5nt, Parsons sur I5 sulv5nte P q. . . , . des Iulmcntés, c5r je clesnre

Av5nt que n’5it sonné I5 fin de I5 journée En 5vo1r 5 loisir une large soulée.

Isméne s’5percoit dc ses projets ct le repousse comme un mi—