Page:Gustave Flaubert - La Tentation de Saint-Antoine.djvu/240

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


ruaient sur la table du seigneur et qui renversaient les vases sacrés. La Logique. Ah ! Tu veux interpréter les songes comme ferait un prêtre de Baal ! Sois plus simple, Antoine ; tu te tourmentes l’esprit, c’est l’orgueil qui t’agite.

ANTOINE.

Mais non, puisque je ne songe qu’à l’écraser ; s’il m’en restait, serais-je si bas ? La Logique. Celui qui toujours pense à l’orgueil en est rempli.

ANTOINE.

Quelle atroce idée j’ai eue là ! Eh quoi ! Jamais donc je ne saurai où j’en suis ? Si je recule ou si je m’élève, si jemérite ou si je démérite ? Tout ce que je crois le meilleur à faire tourne à ma perdition et à mon supplice. La Logique. Par ta faute… ne t’inquiète pas tant des oeuvres. Qu’importe l’action ? Toujours engagée dans un but, issue d’un besoin, passive de la matière où elle se meut, bonne aujourd’hui, mauvaise demain et partout égale à elle-même, soit qu’on l’admire ou qu’on la blâme, a-t-elle en soi une valeur native ? Si c’est la foi d’où elle procède, qu’as-tu besoin du torrent ? Monte à la source ; là tu boiras l’eau pure dans la coupe du seigneur qu’il tient pleine pour ses élus.

ANTOINE.

Oui, l’action est mauvaise, je l’ai senti souvent, mais je discerne pourtant qu’elle a parfois des côtés justes. La Logique. Non, elle résulte du mal, c’est le diable qui l’a faite ; elle est du domaine de la chair, de la force et du hasard. Tu jeûnes, tu t’agenouilles, tu te mortifies, mais y a-t-il de la pureté dans le jeûne ? Pourquoi la prosternation serait-elle sainte ? La cendre où tu dors est-elle plus bénie que les mosaïques où d’autres dansent ? Crois-tu, pour prier le seigneur, qu’il faille être tourné vers l’orient ou vers le temple, avoir les bras levés ou croisés, être