Page:Gustave Flaubert - La Tentation de Saint-Antoine.djvu/249

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


qui les remplit ; elle se retourne sans cesse et regarde derrière avec défiance. La paresse, tronc sans membres, se traîne péniblement sur le ventre et soupire de fatigue. Les péchés sont confondus avec les hérésies. Les nuages qui roulaient découvrent la lune, elle éclaire la scène d’un reflet verdâtre, le bord des nuages est d’acier pâle. Les hérésies augmentent toujours, elles entourent la cabane, vont jusqu’au seuil de la chapelle, et débordent par tous les côtés. Les Hérésies adoucissant leur voix. Pourquoi trembler, bon ermite ? N’aie point peur, ne crains rien, nous ne sommes pas méchantes ; calme-toi, avance un peu, sors de ta cabane, ou, si tu n’oses pas, applique ton oeil aux fentes de ta porte, et tu nous regarderas, à l’abri, passer devant toi l’une après l’autre. Voilà bien longtemps que nous cherchons ta demeure, et que nous demandons partout : où est-il donc, ce bon saint Antoine, ce fameux solitaire ? Mais nous t’avons trouvé, enfin ! Nous t’avons trouvé. C’est parce que tu es triste que nous sommes venues toutes ensemble te tenir compagnie pendant la nuit. Si tu savais ce que nous avons à te dire ! Nous apportons du monde des nouvelles merveilleuses. N’aie point peur, bon ermite, n’aie point peur, ne crains rien…

ANTOINE.

Qui êtes-vous donc, vous autres, qui avez des voix si douces avec des visages si terribles ? Les Hérésies. Tu nous connais, souvent tu nous as vues. Quand au soleil tu suais sous ton cilice, dont les poils entraient dans les blessures de ta discipline, et que tu restais immobile pour ne pas t’évanouir de douleur ; au bout des oraisons nocturnes, quand pâlissent les étoiles et que le songe de lui-même continuait ta prière, et que, te sentant vivre encore, tu sentais pourtant la vie qui t’échappait, tounoyante et légère comme une vapeur qui monte ; ou lorsqu’après un voyage tu t’en revenais dans ta solitude, rêvant à ce que tu avais vu dans les villes, entendu dans les synodes, et que tu remontais la colline, épuisé, languissant, presque endormi de chagrin, trébuchant à toutes les pierres, te heurtant à tous les doutes, c’est nous qui t’entourions, qui flottions,