Page:Halévy et Busnach - Pomme d'Api.djvu/10

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


I.
Vous nous aviez coupé les vivres
J’ai tout vendu… bibelots, livres,
Breloques, chaîne et cœtera…
Sans lui laisser cinq francs de rente,
La quitter !… Scène déchirante !
Plus le sou ! que faire à cela ?…

(Mouvement d’impatience de Rabastens.)

Mon oncle, ne vous fâchez pas,
Etc…
II.
Ô grands yeux noirs de ma maîtresse !
Que je pouvais avec ivresse
Contempler du matin au soir !

(À son oncle.)

Et maintenant pour toute fête
Je n’aurai plus que cette tête
Qu’il me faudra voir et revoir !
RABASTENS, parle sans interrompre la musique.

Eh ! mais, ma tête… ma tête… qu’est-ce que ça signifie ?…

GUSTAVE.
Mon oncle, ne vous fâchez pas…
Je vous obéis, je me range,
Je viens me jeter dans vos bras
Mais c’est égal ! c’était un ange !
Un ange ! un ange ! un ange !
RABASTENS.

Eh bien, non… je ne me fâcherai pas…

GUSTAVE.

Ah ! vous êtes bon, mon oncle, bien bon… Asseyez-vous là, nous allons pleurer ensemble.

RABASTENS.

Ah ! ça, est-ce que tu ne vas pas me flanquer la paix avec ta douleur…

GUSTAVE.

Mais aussi, pourquoi m’avez-vous obligé à la quitter, cette