Page:Halévy et Busnach - Pomme d'Api.djvu/23

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


je vais aller chercher une côtelette pour Catherine… (A Catherine.) Je vais vois chercher une côtelette, Catherine, et autre chose encore, Catherine… (A Gustave.) Une perle, je te le disais, une perle !… (A Catherine.) Je veux que vous soyez heureuse chez moi, Catherine… A tout à l’heure, Catherine. (Au public.) Oh ! je lui en demanderai pour plus de trente-cinq francs ! (Il sort en courant par le fond.)


Scène XI

GUSTAVE, CATHERINE.


GUSTAVE.

Vite, Pomme d’Api, sans perdre une minute… Je t’aime toujours… Partons d’ici…

CATHERINE, qui est allée s’asseoir à gauche de la table et qui épluche ses pommes de terre.

Partir d’ici !… Qu’est-ce que vous me chantez là ? Je suis entrée au service de votre oncle Rabastens ; je m’y trouve bien, j’y reste.

GUSTAVE.

Voyons, Pomme d’Api…

CATHERINE.

Je ne m’appelle plus Pomme d’Api, je m’appelle Catherine.

GUSTAVE.

Si tu es revenue ici sous ce déguisement… c’est que tu m’aimes…

CATHERINE. Elle se lève.

Moi… vous croyez que… (Éclatant de rire.) Ah ! ah ! non, mon cher, c’est bien fini, l’amour.

GUSTAVE.

Mais alors, pourquoi êtes-vous venue ?

CATHERINE, très-gravement.

Parce que j’ai résolu du vivre honnêtement. Je suis allée au bureau de placement. On m’a dit : « Il y a un M. Rabastens qui cherche une bonne… » Et je suis venue, et je vous prie de me laisser éplucher mes pommes de terre. (Elle va se rasseoir.)