Page:Halévy et Busnach - Pomme d'Api.djvu/8

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page a été validée par deux contributeurs.


saie un peu de venir me la demander… essaie un peu… (Descendant en scène.) Enfin m’en voilà débarrassé. (Au public.) Rabastens, Amilcar Rabastens… ancien fabricant de machines à coudre, une honnête aisance, quarante-huit ans, trente-neuf pour les femmes… célibataire et sans enfants. Je viens de flanquer à la porte ma femme de ménage, et j’attends une bonne pour la remplacer… Je me suis adressé ce matin au bureau de placement de la rue Sainte-Anne, au deuxième.


COUPLETS.
I.
L’employé m’a dit : De quel âge,
Cher monsieur, la désirez-vous ?
De la ville ou bien du village ?
Nous en avons pour tous les goûts !
Jeune ou vieille, grande ou petite,
Nez grec, aquilin ou pointu ?
Je suis pressé… répondez vite.
Et vite, moi, j’ai répondu :
Pourvu qu’ell’ soit jeune et jolie,
Pourvu qu’ ce soit dans les prix doux,
Bref pourvu qu’ell’ soit accomplie
J’ m’en rapporte entièr’ment à vous !
II.
L’employé m’a dit : Autre chose :
Et’s-vous chipotier sur l’honneur ?
Voulez-vous un bouton de rose ?
Ou voulez-vous la rose en fleur ?
Nous en possédons de petite,
De grande et moyenne vertu.
Je suis pressé, répondez vite !
Et vite, moi, j’ai répondu :
Mon Dieu ! J’ veux bien qu’ell’ soit honnête,
Mais, vous savez, dans les prix doux !
Vous n’ me faites pas l’effet d’un’ bête ;
J’ m’en rapporte entièr’ment à vous !

Quand il a vu que je ne tenais pas positivement à une femme sauvage, l’employé m’a tapé fortement sur le ventre et m’a dit : « J’ai votre affaire : une jeune paysanne… » Mon Dieu, que ce panier est lourd… Madame Joseph avait