Page:Histoire de l'abbaye d'Hautecombe en Savoie.djvu/24

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 8 —

historiens nationaux peuvent utiliser et de donner un aperçu des bases de notre travail. Des notes compléteront les indications des sources où nous avons puisé et permettront aux critiques d’y avoir recours.

Malgré toutes nos recherches, il reste encore beaucoup à découvrir. Cibrario et Jacquemoud n’avaient indiqué, en i843, que trente-un abbés antérieurs à la réunion du monastère à la Sainte-Chapelle de Chambéry ; les publications récentes et nos explorations d’archives nous ont permis de porter ce nombre à quarante, et quelques-uns sont peut-être encore inconnus. L’abbaye royale d’Hautecombe fut trop célèbre dans les premiers siècles de la monarchie. pour que des découvertes nouvelles de titres épars ne viennent pas établir de plus en plus son importance due, à notre avis, moins au nombre de ses religieux, qui ne fut point au grand qu’on le croit généralement, qu’à la célébrité de plusieurs de ses abbés et aux libéralités des principales familles anciennes de la province, dont plusieurs y avaient un tombeau. Ainsi, pendant que nos comtes erraient de ville en ville, pendant que les barons et seigneurs féodaux chevauchaient sans cesse pour éviter l’ennui et l’isolement des châteaux, la nécropole d’Hautecombe était un centre permanent des plus respectables et des plus attachants souvenirs.