Page:Histoire de l'abbaye d'Hautecombe en Savoie.djvu/36

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 20 —

Six abbés auraient préside successivement aux destinées de ce premier établissement : Boniface, Girard, Varrin, Rodolphe, Pierre et Vivian ; et ils auraient reconnu pour supérieur l’abbé d’Aulps, comme ce dernier fut lui-même longtemps soumis a celui de Molesme.

Dans l’hypothèse de l’indépendance complète de l’abbaye d’Hautecombe vis-à-vis de celle d’Aulps, Varrin aurait reçu — et c’est l’avis de Delbene, — la donation de Gauthier d’Aix, que l’on regarde comme la fondation de l’ancienne Hautecombe. D’après l’opinion généralement admise, ce serait au contraire saint Guérin, abbé d’Aulps, qui l’aurait acceptée, et la similitude des noms de ces deux abbés ne serait que l’effet du hasard[1]. Quoiqu’il en soit, il faut reconnaître, que cette libéralité, sans date, mais que Ménabréa fixe a l’année 1121, est postérieure à l’arrivée des premiers moines a Cessens ; que là, comme dans la vallée de la Dranse, des moines occupèrent le sol longtemps avant d’en avoir obtenu l’abandon de la part du seigneur qui en avait la propriété.

Voici la traduction de la charte de cette donation, telle que nous |’avons lue sur le tableau généalogique de la Maison de Faucigny, par Dom Leyat, et que nous reproduisons à la fin de cet ouvrage :

« Au nom du Seigneur. Moi, Gauterin, je donne à la bienheureuse Marie des Alpes et au seigneur Varrin, abbé de cette église, pour le repos de mon âme, de celle de tous mes ancetres et de mon fils Gauterin, une terre autrefois appelée vulgairement le Fornet et aujourd’hui la Combe, située dans le pays d’Albanais, sur la montagne où se trouve le château de Cessens. Rodolphe,

  1. Voir, aux Notes additionnelles, le n° 1.