Page:Hugo - Bug-Jargal, 1876.djvu/29

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
21
BUG-JARGAL.

mandée par les troubles de la colonie, par les révoltes partielles de noirs, qui, bien que promptement étouffées, avaient eu lieu aux mois précédents de juin et de juillet, même aux premiers jours d’août, dans les habitations Thibaud et Lagoscette, et surtout par les mauvaises dispositions des mulâtres libres, que le supplice récent du rebelle Ogé n’avait fait qu’aigrir, Mon oncle fut le premier à me rappeler mon devoir ; il fallut me résigner. J’endossai mon uniforme, et je partis. Je visitai les premières stations sans rencontrer de sujet d’inquiétude ; mais, vers minuit, je me promenais en rêvant près des batteries de la baie, quand j’aperçus à l’horizon une lueur rougeâtre s’élever et s’étendre du côté de Limonade et de Saint-Louis du Morin. Les. soldats et moi l’attribuâmes d’abord à quelque incendie accidentel ; mais, un moment après, les flammes devinrent si apparentes, la fumée, poussée par le vent, grossit et s’épaissit à un tel point, que je repris promptement le chemin du fort pour donner l’alarme et envoyer des secours. En passant près des cases de nos noirs, je fus surpris de l’agitation extraordinaire qui y régnait. La plupart étaient éveillés et parlaient avec la plus grande vivacité. Un nom bizarre, Bug-Jargal, prononcé avec respect, revenait souvent au milieu de leur jargon inintelligible. Je saisis pourtant quelques paroles, dont le sens me parut être que les noirs de la plaine du Nord étaient en pleine révolte, et livraient aux flammes les habitations et les plantations situées de l’autre côté du Cap. En traversant un fond marécageux, je heurtai du pied un amas de haches et de pioches cachées dans les joncs et les mangliers. Justement inquiet, je fis sur-le-champ mettre sous les armes les milices de l’Acul, et j’ordonnai de surveiller les esclaves : tout rentra dans le calme.

Cependant les ravages semblaient croître à chaque instant et s’approcher du Limbé. On croyait même distinguer le bruit lointain de l’artillerie et des fusillades. Vers les deux heures du matin, mon oncle, que j’avais éveillé, ne pouvant contenir son inquiétude, m’ordonna de laisser dans l’Acul une partie des milices sous les ordres du lieutenant ; et, pendant que ma pauvre Marie dormait ou m’attendait, obéissant à mon oncle, qui était, comme je l’ai dit, membre de l’assemblée provinciale, je pris avec le reste des soldats le chemin du Cap.

Je n’oublierai jamais l’aspect de cette ville quand j’en approchai. Les flammes, qui dévoraient les plantations autour d’elle, y répandaient une sombre lumière obscurcie par les torrents de fumée que le vent chassait dans les rues. Des tourbillons d’étincelles, formés par les menus débris embrasés des cannes à sucre, et emportés avec violence comme une neige abondante sur les toits des maisons et sur les agrès des vaisseaux mouillés dans la rade, menaçaient à chaque instant la ville du Cap d’un incendie non moins déplorable que celui dont ses environs étaient la proie. C’était un spectacle affreux et imposant que de voir d’un côté les pâles habitants exposant encore leur vie pour disputer au fléau terrible l’unique toit qui allait leur rester de tant de richesses ; tandis que, de l’autre, les navires, redoutant le même sort, et favorisés du moins par ce vent si funeste aux malheureux colons, s’éloignaient à pleines voiles sur une mer teinte des feux sanglants de l’incendie.

XVI

Étourdi par le canon des forts, les clameurs des fuyards, et le fracas lointain des écroulements, je ne savais de quel côté diriger mes soldats, quand je rencontrai sur la place d’Armes le capitaine des dragons jaunes, qui nous servit de guide. Je ne m’arrêterai pas, messieurs, à vous décrire le tableau que nous offrit la plaine incendiée. Assez d’autres ont dépeint ces premiers désastres du Cap, et j’ai besoin de passer vite sur ces souvenirs où il y a du sang et du feu. Je me bornerai à vous dire que les esclaves rebelles étaient, disait-on, déjà maîtres du Dondon, du Terrier-Rouge, du bourg d’Ouanaminte et même des malheureuses plantations du Limbé, ce qui me remplissait d’inquiétudes à cause du voisinage de l’Acul.

Je me rendis en hâte à l’hôtel du gouverneur, M. de Blanchelande. Tout y était dans la confusion, jusqu’à la tête du maître. Je lui demandai des ordres, en le priant de songer le plus vite possible à la sûreté de l’Acul, que l’on croyait déjà menacée. Il avait auprès de lui M. de Rouvray, maréchal de camp et l’un des principaux propriétaires de l’île, M. de Thouzard, lieutenant-colonel du régiment du Cap, quelques membres des assemblées coloniale et provinciale, et plusieurs des colons les plus notables. Au moment où je me présentai, cette espèce de conseil délibérait tumultueusement.

« Monsieur le gouverneur, disait un membre de l’assemblée provinciale, cela n’est que trop vrai ; ce sont les esclaves, et non les sang-mêlés libres : il y a longtemps que nous l’avions annoncé et prédit.

— Vous le disiez sans y croire, repartit aigrement un membre de l’assemblée coloniale