Page:Hugo - Le Roi s amuse.djvu/116

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


LE ROI.

‘ ‘ · · I * Mon Dieu non , je me n0mme...

l A part.

— Voyons ?. . . `

II clnerche.

Gaucher Mahiet. - Je suis un éc0lier... Tres-pauvre. . . !

DAME BERARDE. occupée en ce moment méme i compter l'argent q¤‘iI lui a donné. ·

Est-il menteur!

Entrent dans la rue I. de Pienne et M. de Pardalllan , enveloppés de manteaux , une lanterne sourde à la main.

M. DE PIENNE, bas à M. de Pardaillan.

C’est ici, chevalier !

DAME BERARDE , bas et descendant précipitamment la terrasse.

J’entends quelqu’un dehors.

BLANCHE, effrayée.

C'est mon père peut-être !

DAME BERARDE, au Roi.

Partez, monsieur !

LE ROI.

Que n’ai-je entre mes mains le traître Qui me dérange ainsi !